Qu’avez-vous (ou qu’allez-vous) acheté(er)?

Premiers Pas © IO

Premiers Pas © IO

Que vous soyez en train de créer votre site ou que vous l’ayez déjà fait, cet article vous permettra de mieux comprendre de quoi est composé un site internet : il est important de savoir ce qu’il y a dans les packs proposés par les agences pour éviter les mauvaises surprises.

Vous achetez :

  • Un nom de domaine : c’est l’adresse internet www.votre-domaine.fr ou .com (ou tout autre extension). Vous pouvez acheter plusieurs adresses : ça vous coûtera environ 6/7 euros par an et par nom de domaine. Attention, vérifiez bien que le nom de domaine vous appartient et pas à votre agence : si vous avez déjà un site, vous pouvez le vérifier ici; si vous êtes en train de créer votre site faites en une condition sine qua non. En effet, si l’adresse ne vous appartient pas et que vous voulez quitter votre agence, vous devrez recréer une nouvelle adresse!
  • Un hébergement : c’est l’ordinateur où seront stockés les fichiers composant votre site internet. Il suffit d’un hébergement par site et vous pouvez rediriger tous vos noms de domaine vers un seul hébergement. Pour un site normal (vitrine, blog mais pas e-commerce), il suffit d’une formule de base : vous en aurez environ pour 30 euros par an chez OVH. Privilégiez un hébergeur normal (OVH, online.net, 1&1…) chez qui vous pouvez utiliser tous les outils pour créer un site (WordPress, Joomla, Prestashop…) : vous ne les utiliserez pas tous mais au moins vous aurez le choix.

Une autre condition à poser à  votre agence est d’avoir (ou de récupérer) les codes d’accès au manager de votre hébergeur pour pouvoir gérer vous-même vos noms de domaines et hébergement.

  • Un système pour créer votre site :il existe plusieurs outils qui ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients :
    • Les sites statiques : ils permettent de faire des sites très créatifs. Il faut seulement que vous sachiez que la mise à jour ne pourra être faite que par des spécialistes et que si vous souhaitez changer d’agence, il faudra tout refaire.
    • Les CMS :ce sont des systèmes qui permettent de faire les mises à jour facilement sans l’aide d’un technicien. Vous pouvez aussi faire de très beaux sites mais le système est moins souple (pour que vous puissiez faire les mises à jour sans être un professionnel de la mise en page). Là aussi, il existe deux sortes de CMS :
      • Les CMS développés par des sociétés :ce sont souvent des packs qui vous semblent attractifs. « Votre site clé en main pour moins de … » « Votre site gratuit ».
        • Dans le meilleur des cas, vous achetez un pack sans redevance mensuelle. Je déconseille car vous êtes pieds et poings liés avec cette entreprise. Si vous voulez changer d’agence, si le système ne vous donne pas assez de possibilités pour vos développements… vous serez obligé de tout refaire.
        • Dans le pire des cas, la société vous facture un loyer mensuel (parfois prohibitf, pour mémoire un hébergement vous coûtera 30€/an) : là je vous déconseille formellement! Surtout qu’il existe d’autres solutions…
        • Vérifiez aussi la santé financière de l’entreprise qui vous vend le site et le système : si la société ferme, vous perdez tout et vous devez recommencez (donc repayer) votre site.
      • Les CMS libres et gratuits : les plus connus sont Joomla et WordPress. J’ai choisi WordPress mais Joomla me semble très bien et il en existe d’autres. Ces CMS sont mis à jour régulièrement et ils proposent des options très complètes (je viens même de découvrir que WordPress peut faire des sites de e-commerce!). Si vous voulez changer d’agence, la nouvelle agence pourra changer la mise en page sans effacer vos données (pages, articles, plan du site). Quelques précautions à prendre cependant : exigez de votre agence la remise de tous les codes d’accès à WordPress ( pas seulement le code qui permet de mettre à jour les pages et articles mais aussi l’admin principal) et évitez l’hébergement sur la plateforme : wordpress.com (ça n’apporte rien par rapport à un hébergeur de qualité).

N’hésitez pas à lire la suite de cet article : un site, oui mais après?

5 Commentaires

  1. EspaceRA

    Tous ces conseils sont fondés si vous souhaitez mandater un prestataire pour la seule création de votre site. Et que vous en prenez les commandes ensuite, en assurant mises à jour du CMS et de vos pages et articles, maintenance du site, etc !
    Si vous êtes dans ce cas, envisagez aussi en alternative une formation pratique individuelle dans laquelle vous créerez votre site final, en même temps que vous apprenez l’essentiel qui vous permettra de gérer votre site ensuite.

    Comme beaucoup de petites entreprises, vous êtes peut-être dans un contexte totalement différent : vous êtes déjà suffisamment occupé avec les tâches que vous et vos collaborateurs (si vous en avez) pouvez mener – achats, comptabilité, logistique, production, vente, commercial, magasin, etc – . Vous déléguez depuis longtemps les tâches de « plomberie » à des prestataires professionnels. Or, hormis son contenu, votre site internet c’est aussi de la « plomberie » !
    Vous souhaitez que votre prestataire crée votre site, bien sûr, mais aussi qu’il s’occupe de la maintenance et des mises à jour. Vous le mandatez pour effectuer toutes les tâches liées en votre nom (enregistrement du nom de domaine, installation du CMS, déclaration CNIL, inscription sur des annuaires, référencement, affichage des mentions légales, etc).

    Votre contrat englobera la création et la maintenance de votre site. Votre prestataire aura l’ensemble des codes d’accès d’administration, le nom de domaine pourra même être enregistré à son nom. Veillez simplement à ce que votre contrat mentionne clairement que :
    * vous autorisez le prestataire à utiliser pour les besoins du contrat et pendant sa durée: vos marques et vos noms de domaines, en précisant lesquels;
    * vous pourrez récupérer à l’échéance du contrat ou à sa date de résiliation les codes d’accès d’administration du CMS et de l’hébergement;
    * vous pouvez récupérer le site en l’état et vos noms de domaines, sans frais de transferts que ceux éventuellement facturés par l’hébergeur (création de votre compte et abonnement, location de vos noms de domaines) et votre nouveau prestataire;
    * s’il s’agit d’un contrat de maintenance sans création du site : quelle que soit la durée du contrat d’abonnement, il peut être résilié en tout temps par l’une ou l’autre des 2 parties, sans pénalités, dans un délai de 3 à 6 mois au maximum.

    Réponse
    • admin

      Bonjour,
      j’ai lu votre commentaire et visité votre site. Je pourrais être intéressée par un partenariat avec vous. Pourriez vous m’appeler pour que nous fassions connaissance.
      Cordialement.
      I Ostermann 06 77 08 66 65

      Réponse
  2. Nico

    Je suis tombé sur cet article un peu par hasard, et je dois dire que si la première partie me parait tout à fait pertinente (il faut bien entendu exiger d’être propriétaire du site et de son code source pour ne pas avoir de mauvaise surprise), j’émettrais de grosses réserves sur la seconde partie :
    Vous semblez considérer que le choix ne se fait qu’entre des sites statiques et des CMS prêts à l’emploi, mais à mon avis une alternative intéressante est la réalisation d’un site web sur mesure, qui répondra à nos attentes et pas plus. Je pense que l’engouement pour les CMS comme WordPress vient surtout de leur facilité à les mettre en place (ce qui est intéressant pour les particuliers qui font leur site, mais surtout pour les « webmestres » qui facturent leur installation).
    J’ai par exemple un ami qui propose la « création » de sites dynamiques, et se contente en réalité de passer son samedi après midi à installer WordPress (10 minutes), à le configurer (2 heures), à acheter un thème tout fait et à y coller le logo du client. Il n’a pas écrit une ligne de code, facture ça 1000 euros et retourne travailler le lundi en se disant qu’il a gagné plus pendant le Week-End que pendant la semaine. Du point de vu du client c’est fonctionnel, mais il se retrouve avec une bonne petite usine à gaz qu’il aurait pu installer lui-même.

    D’autre part vous semblez considérer que si on achète un site développé par une entreprise, il sera impossible de le modifier par la suite… Mais ce que l’on appelle les « opérations de sauvetage » (la récupération d’un site existant ou non achevé pour le mettre à jour ou le terminer) constitue une part importante de l’activité d’un webmestre, et est loin d’être une mission impossible pour un développeur un peu aguerri. Bien sûr c’est loin d’être idéal en terme de temps de développement (et donc de coût), mais ça reste toujours une possibilité tant qu’on a accès au code source du site.

    Enfin, si je devais demander à un professionnel de me faire un site un peu complexe avec un CMS tout prêt, je pense que je m’orienterais plutôt vers des solutions comme Drupal ou Modx, bien plus flexibles et plus « propres » du point de vu du code que WordPress, qui reste à la base un blog amélioré et hacké sauvagement pour lui ajouter des thèmes et fonctionnalités évolués… Et pour s’en convaincre il suffit de regarder au dessus de mon commentaire l’appel à une fonction « get_comments_number() » qui écrit le nom de la fonction au lieu d’afficher le numéro du commentaire… Du WordPress tout craché ;-D

    Réponse

Rétroliens/Pings

  1. B A BA | Isabelle Ostermann vous facilite le web - [...] … Si vous arrivez ici pour la première fois, commencez cette rubrique par la fin : article « Qu’avez-vous (ou…
  2. Etre présent sur Internet | Pilotage Magazine - [...] - Posez des questions, n’ayez pas peur de paraître stupide !  Posez des questions jusqu’à ce que vous ayez…
  3. Wordpress : le bon outil? | Isabelle Ostermann vous facilite le web - [...] : le bon outil? Cette semaine, j’ai eu deux discussions intéressantes (dont une dans les commentaires d’un de…

Laisser un commentaire