Réussir ses newsletters

Exemple de newsletter Vous Facilite le Web Je vous le disais précédemment, la newsletter fait partie de la panoplie d’outils qui vous permet de communiquer avec vos clients et prospects. Il est cependant nécessaire de connaître quelques règles pour réussir

La loi et les newsletters

Rappel à la loi indispensable étant données toutes les newsletters que je reçois et qui sont dans l’illégalité la plus complète. [Les règles indiquées ici sont celles de la loi française, pour tous les autres pays, il vous faudra relire les textes de loi].

Un emailing est l’envoi d’un mail simultanément à plusieurs personnes.

Il est INTERDIT d’envoyer des emailings (mais c’est aussi le cas pour des appels téléphoniques via un automate ou l’envoi de fax) à des personnes qui n’ont pas choisi de recevoir des mails de votre part : c’est ce qu’on appelle l’opt-in. Il faudra que le destinataire COCHE la case « je veux recevoir »… cette case ne peut en aucun cas être pré-cochée.

Si le destinataire reçoit le mail dans le cadre de son activité professionnelle, la loi tolère qu’il le reçoive sans s’être inscrit mais il doit pouvoir se désinscrire : c’est ce qu’on appelle l’opt-out.

Petit exemple : si sur ma boite mail professionnelle, je reçois un emailing de vendeur de photocopieuses sans que je me sois inscrite : cet emailing est légal; si c’est un emailing d’un vendeur de cosmétiques, c’est un spam car illégal.

Vous risquez quoi en ne respectant pas la loi :

Si le risque légal est limité car rarement appliqué, le risque technique est grand : vos adresses mails peuvent être automatiquement détectées comme des spams quelques soient vos envois; votre site internet peut être  pénalisé par Google voir même bloqué par votre hébergeur.

N’oubliez pas : en France, vous avez l’obligation de déclarer toute liste de clients/prospects à la CNIL : c’est gratuit, vous auriez tort de vous en passer.

Les destinataires de votre newsletter

Vous l’aurez donc compris, si votre offre de services/produits est vers les professionnels, vous pouvez envoyer votre newsletter à votre carnet d’adresses. Si vous vendez un service/produit à l’utilisateur final, vous ne pouvez oas le faire.

Dans les deux cas, vous pouvez (voire devez) mettre un formulaire d’abonnement à votre newsletter sur votre site internet : faites le sur toutes vos pages, pas seulement sur votre page d’accueil. Pour inciter les lecteurs à s’inscrire, certains sites ouvrent une fenêtre pop-up : je ne le préconise pas vous risquez de faire partir votre visiteur sans qu’il lise votre site (ces pop-ups sont souvent très peu commodes à fermer sur smartphone).

Acheter des listes : c’est délicat. Si les adresses peuvent être pertinents en ce qui concerne le client final, elles le sont rarement pour du B to B (ce sont souvent les adresses infos ou contact des entreprises et non pas les adresses personnels des décideurs). Ce qu’il vous faudra vérifier avant d’acheter ou pas une liste d’adresses mails :

  • pour vos emailings B to C , vérifiez que ces adresses ont été obtenues via du opt-in : il faut que les destinataires aient accepté de recevoir des emailings non seulement du site sur lequel ils se sont inscrits mais aussi de ses partenaires.
  • pour vos emailings B to B, vérifiez la qualité des adresses : si les mails sont contact@, infos@ … n’espérez pas beaucoup de retombées.

Construire sa newsletter

Il vous faudra d’abord définir son objectif :

  • fidéliser : c’est un envoi sur votre fichier client, le contenu peut être purement informatif ou présenter une nouvelle offre ou promotion pour déclencher une commande
  • prospecter : l’objectif est là de déclencher une action chez le destinataire pour qu’il commande ou prenne un rendez-vous. Les destinataires sont là non seulement vos clients mais aussi des prospects.

Ne pas oublier :

  • un titre qui donne envie d’ouvrir le mail
  • un Call To Action : ce terme marketing barbare désigne un lien, bouton, une phrase (appelez/commandez maintenant…)
  • une mise en page qui rappelle celle de votre site pour que le destinataire fasse le rapprochement
  • un expéditeur engageant : ce n’est pas admin@ qui envoie le mail mais soit le contact commercial
  • un lien de désinscription : sinon votre emailing est illégal
  • un lien vers une page reprenant le mail, souvent appelée « si vous n’arrivez pas à ouvrir ce mail, cliquer ici », utile en particulier si la boite mail du destinataire bloque les images

Choisir l’heure et la date d’envoi de votre newsletter

Cela va dépendre de votre cible et du moment où elle sera devant son ordinateur : en B to B les meilleurs crénaux sont généralement le mardi et le jeudi.

Eviter que votre emailing soit classé en spam

Ce n’est pas chose aisée et cela mériterait (méritera) un article complet. L’excellent WP Formation en a écrit un remarquable Comment éviter que vos Newsletters ne finissent en spam dans lequel il vous donne un site qui vous permet de tester votre newsletter pour savoir si elle risque d’être reconnue comme un spam mail tester.

Un outil pour réaliser vos emailings

Il en existe énormément que vous ayez un site ou que vous n’en ayez pas. Je ne m’arrêterai ici que sur un système parfait si vous avez un site WordPress Mailpoet. Cette extension vous permet :

  • d’ajouter un formulaire d’inscription sur votre site,
  • de gérer sans interventions humaines inscriptions et désinscriptions sur votre mailing list
  • de créer/envoyer des mails sans connaissances techniques
  • d’obtenir des statistiques d’ouverture de vos emails.

Mailpoet est gratuit jusqu’à 2000 abonnés à votre newsletter.

Alors, vous envoyez votre première newsletter quand ?

 

Laisser un commentaire